Récits de séances

Ici seront publiés différents récits de séances sélectionnés par Maîtresse Blanche. Vous pouvez également, écrire votre propre récit directement en commentaire en français ou en anglais. Seuls les récits de qualité (tant sur le fond que sur la forme) seront acceptés.

.

Une pensée sur “Récits de séances”

  1. PIERRE B dit :

    Après avoir eu l’honneur de remettre la pré-offrande en mains propres – moment trop bref mais qui m’avait permis d’embrasser un pied élégant, de m’agenouiller respectueusement devant Maîtresse et de contempler Sa beauté et Son élégance impeccable même au saut du lit – c’est avec un pincement au cœur que je cheminais dans les rues calmes de cette proche périphérie de Paris puis, à l’heure dite, composais les codes qui m’avaient été communiqués, sonnais et entrais pour me trouver face à face avec Maîtresse Blanche et éprouver un nouveau choc car même en contemplant longuement son site, je n’avais pas anticipé tant d’élégance et de charisme. Maîtresse était chaussée de mi bottes de cuir fin, portait une élégante robe grenat laissant deviner des formes harmonieuses et féminines et Son visage à l’ovale parfait rehaussé par un maquillage léger et encadré de longs cheveux bruns arborait un sourire plein de sérénité mais également d’autorité. Elle était – et est – l’exemple même de La Femme Supérieure née pour dominer le sexe masculin, le dresser et lui imposer Sa volonté et Ses caprices. Je baisai avec respect la main qui m’était tendue et attendis ses ordres tête baissée.
    – Entrez, Pierre, et déshabillez vous entièrement. Je m’exécutai puis à Son commandement avançai à quatre pattes vers le canapé où Elle s’était assise, embrassai avec dévotion ses sublimes mi bottes puis redressai mon buste pour me trouver à genoux devant Elle, si proche mais en même temps si inférieur, déjà totalement subjugué par tant de beauté et d’autorité.
    – C’est vrai que vos tétons sont très développés, ils ont toujours été comme cela? Non Maîtresse, cela s’est fait au cours des années, ce sont Vos jouets à présent. Commença alors une longue séquence de torture de mes tétons, entrecoupée de fortes tapes de Sa main sur mon sexe qui s’était dressé sous l’émotion, tandis que Maîtresse arborait un large sourire.
    – Levez vous maintenant et tendez moi vos mains: je me retrouvai rapidement poignets attachés dans le dos et muni d’un collier de cuir et d’un baillon boule, tous deux très étroitement serrés: Maîtresse prenait ainsi totalement possession de Son soumis et j’avais la délicieuse impression de n’être plus que Son jouet et Son souffre douleurs
    – Vous allez être privé du plaisir de me voir, dit-elle et elle posa sur mes yeux un bandeau effectivement totalement opaque. Sentir Maîtresse si proche sans pouvoir La voir est – comme tous les soumis le savent – un puissant mélange de plaisir et de frustration, je balbutiais de pauvres « eerci eetresse » à travers le baillon, m’attirant des commentaires ironiques de Maîtresse, et étais dès lors totalement en Son Pouvoir. Puis ce furent divers traitements tous délicieusement cruels qui aujourd’hui encore se mélangent dans mon esprit: Mes tétons étaient à nouveau torturés, munis de pinces et de ventouses pour être encore étirés – et mériter je crois l’honneur d’une photo envoyée à Maîtresse Euryale – mes fesses et mon sexe étaient fouettés, Maîtresse me caressait avec Son gant muni de pointes, je La sentais à la fois si proche et si inaccessible, bref j’étais vraiment devenu Sa chose

    Je fus également « saucissonné » a l’aide d’un film cellophane et à nouveau fouetté, puis reçus l’ordre de m’allonger aux pieds de Maîtresse et fus libéré du baillon et du bandeau: quelle récompense de contempler à nouveau Maîtresse, d’être à Ses pieds, lécher goulûment la semelle des Ses bottes puis la plante de Ses pieds et La voir se pencher vers moi pour poser à nouveau des pinces japonaises sur mes tétons et les torturer à nouveau: « Vos tétons endoloris vous feront penser à moi pendant plusieurs jours », dit-elle en arborant à nouveau Son sourire ensorceleur, remarque exacte même si longtemps après que la douleur ait disparu je pense encore à Elle.

    Enfin j’eus droit au privilège de pouvoir boire son Champagne intime, puis vint malheureusement le temps de redescendre sur terre c’est à dire de quitter Maîtresse non sans m’être à nouveau prosterné devant Elle pour embrasser Ses bottes et Lui faire un respectueux baise main.

    En de nombreuses années de soumission, je n’ai pas souvenir d’avoir rencontré une Dominatrice aussi belle, élégante, équilibrée et intelligente que Maîtresse Blanche, dont le site – contrairement à beaucoup d’autres – donne une image inférieure à la réalité. Je serais très heureux de devenir – si un jour les circonstance le permettaient et si elle y avait convenance – l’un de ses esclaves sous contrat d’appartenance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *